Assurez votre santé face aux risques de blessure lors d’un marathon

Assurez votre santé face aux risques de blessure lors d’un marathon

Votre période de préparation du marathon arrive à sa fin, vous êtes prêts physiquement et mentalement à avaler des kilomètres pour rejoindre la ligne d’arrivée. Un détail vous a peut-être échappé, le risque de blessure tout au long de la course. On vous explique plus précisément.

D’un coureur amateur à un sportif de haut niveau, les blessures font partie de la vie itinérante d’un athlète. Le marathon demande des efforts éprouvants et inhabituels pour le corps. C’est pour cette raison qu’une bonne préparation est indispensable comme on vous l’indique dans notre article. A l’entraînement ou en compétition, la blessure est vécue comme un coup d’arrêt de manière inattendue pour un athlète.

De nombreux participants se retrouvent en difficulté à gérer leurs efforts. « Le marathon, c’est très dur. A la différence des autres disciplines, on ne peut pas multiplier les marathons dans l’année. Il faut tout miser sur un seule course » évoquait Benjamin Malaty, athlète français.

Un marathon, c’est la répétition d’efforts

Avant tout, il faut savoir que la course à pied représente un sport d’impact. Le rôle de votre corps consiste à absorber chaque appui au sol, sur le bitume dans la majorité des cas. Une épreuve comme le marathon demande un entraînement de longue durée sur des distances relativement longues et intenses. La répétition des séances et de la course le jour J peut avoir des répercussions sur votre santé. Voici les différentes blessures auxquelles vous êtes sujet à risque, de manière croissante :

Les inflammations sont plutôt banales chez un coureur de marathon. Plus il effectue d’efforts, plus ses chances d’avoir des ampoules ou des irritations augmentent. Ce ne sont pas des blessures douloureuses dans la majorité des cas mais plutôt gênante et difficile à soigner pendant une préparation.

Les crampes représentent la contraction de certains muscles. Un marathonien a plus tendance à en choper au pied, à la jambe, au mollet ou bien à la cuisse. Il est important de boire beaucoup d’eau avant, pendant et après un effort. Il en est de même pendant la course pour éviter une douleur en pleine compétition.

 

Certaines blessures plus difficiles à soigner

Les douleurs articulaires sont le résultat d’une inflammation des articulations. Elles interviennent lorsque le corps n’arrive plus à récupérer de votre période d’entraînement. L’enchaînement des efforts dans une zone précise devient problématique. A cet instant, place au repos pour guérir le plus vite possible d’une inflammation

Les lésions articulaires apparaissent en plein effort, lors d’un sprint par exemple. La première interrogation du docteur consiste à découvrir si la lésion se situe au stade 1 (moins grave) ou 2 (plus grave). Cette blessure signe l’arrêt de toute activité physique pendant plusieurs semaines, selon la gravité. Un coureur de marathon se retrouve souvent victime d’une lésion au niveau de la cuisse ou d’un mollet.

Des blessures plus graves

La périostite tibiale apparaît tout de suite dans les blessures les plus importantes à soigner. Elle correspond à une inflammation située dans les tibias. C’est le résultat d’une activité trop intense lors d’une course. Il faut traiter le problème à temps au risque d’avoir des séquelles. Il s’agit d’une pathologie plutôt fréquente, même lorsqu’on s’entraîne à un marathon.

Les entorses sont le résultat d’une torsion qui provoque un traumatisme des ligaments au niveau d’une articulation. Elles sont très fréquentes, une seconde d’inattention suffit à provoquer cette blessure. Il existe différents degrés : l’entorse moyenne (ligaments distendus) ou l’entorse grave (ligaments rompus). C’est une blessure plutôt longue à soigner, la période de convalescence prend du temps.

Les fractures, considérées comme le pire des cas, arrivent lorsqu’un os se retrouve fêlé ou carrément brisé au moment d’un choc. Ce n’est pas anodin lorsqu’on arrive à une telle situation, on évoque ici une fracture de fatigue quand le choc se répète. Lors d’un marathon, une chute entraîne ce type de blessure qui peut être plus ou moins grave.

 

Assurez votre jour J 

Que se passe t’il si le jour de votre marathon vous avez un accident, être rapatrié ou opéré, suivre un protocole de rééducation longue durée ? Êtes-vous sûr de maitriser l’ensemble des coûts que toutes ces démarches vont générer ? Nous sommes tous convaincu qu’il n’y a rien de plus important que sa santé, et qu’il est important de de prendre conscience de se protéger face à l’imprévu et l’accidentel.

Assur Connect a créé BEsafe, une assurance dommages corporels qui complète vos remboursements traditionnels et intègre des garanties complémentaires pour vous protéger au mieux des aléas :

  • Frais de sauvegarde et frais de sauvetage. France et étranger.
  • Assistance rapatriement. France et étranger.
  • Couverture en cas de dommage causé à un tiers.
  • Frais médicaux, chirurgicaux et pharmaceutiques. France et étranger.
  • Aménagement du domicile et du véhicule.
  • Versement d’un capital en cas d’invalidité ou de décès.

Pour pratiquer votre sport en toute sérénité partout, à tout moment, toute l’année rendez-vous sur notre page d’assurance dommages corporels.

 

L’équipe d’Assur Connect

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn